03 21 83 42 67

La formation traditionnelle

Formation traditionnelle au permis de conduire B

Dès 18 ans, on peut espérer obtenir son permis de conduire. Pour cela un minimum de 20 heures de pratique devrait être compris dans la formation, et une formation théorique au code, ainsi que le succès à l’examen du code de la route. Après avoir obtenu l’examen du code de la route, l’épreuve de conduite consiste en un parcours de 35 mn, sur lequel l’élève sera jugé sur ses comportements au volant du véhicule, ses réflexes, sa conduite et sa façon d’appréhender la circulation routière. Si le candidat réussit cette épreuve pratique, il obtient alors le permis probatoire de 3 années avec 6 points. Tout comme le conducteur de conduite accompagnée, si de perte de 3 points ou plus, un stage obligatoire devra être effectué. (maximum 1 par année)

Le nouveau permis de conduire, un outil pour la sécurité

Depuis quelques années, tous les travaux et rapports sur l’insécurité routière soulignent la nécessité de mieux former les conducteurs. L’architecture du permis B fait désormais de cet examen la sanction d’une formation exigeante, à la conduite, mais aussi au comportement sur les routes. Une « nouvelle formule » qui concerne les deux aspects de l’examen l’épreuve théorique et l’épreuve pratique.

La nouvelle épreuve théorique

Désormais opérationnelle sur tout le territoire, elle introduit une vraie révolution dans l’apprentissage du code de la route.

La nouvelle épreuve théorique générale

Pendant longtemps, « passer le code » a été vécu par les candidats comme une simple formalité, éventuellement précédée d’une brève période de « bachotage ». Aujourd’hui, l’épreuve théorique générale (ETG), autrement dit la nouvelle épreuve du« code de la route », exige une préparation soutenue et une véritable prise de conscience de ce qu’est la route et aussi de ce qu’implique la conduite d’un véhicule.

L’apprentissage des comportements sur la route

Au-delà de l’apprentissage des règles, naturellement toujours inscrit au cœur de la formation, l’apprentissage des comportements sur la route est également abordé. L’accent est mis sur le partage de la route, la prise en compte des autres usagers – des motos et des camions, mais aussi des usagers les plus fragiles, piétons, cyclistes, enfants, personnes handicapées -, dans le sens d’une conduite apaisée. Bref, la relation aux autres, trop souvent passée sous silence autrefois et laissée à la discrétion de chacun, tient aujourd’hui une place essentielle.

source : permis à points